Qui sommes-nous? Cap-Sizun Douarnenez Pont-l'Abbé Quimper Briec Chateaulin Crozon Fouesnant Concarneau Quimperlé Ailleurs... Contact
Cornouaille Écologie
Marées vertes. « Le nitrate est le principal responsable »
Le Télégramme 5/4/2018
samedi 7 avril 2018 10:00
mis en ligne le 06/04/18 par Reunig Kozh

Les effets des apports fluviaux de nitrate et phosphate sur les algues vertes et le phytoplancton. Le scientifique Alain Menesguen (Ifremer) interviendra sur ce thème, samedi, à Quimper. Interview.

La teneur moyenne en nitrates dans les cours d’eau bretons est passée de 38 mg/l à 27, 5 mg/l en vingt ans. Est-ce suffisant pour résoudre la problématique des algues vertes ?

Clairement non ! D’abord, je maintiens que le nitrate est le principal responsable de ces marées vertes. Ensuite, pour aller vers moitié moins de marées vertes sur les sites emblématiques des huit baies confinées, il faut redescendre à 10 mg/l dans les rivières qui y débouchent. Les premières mesures systématiques de nitrate dans les rivières bretonnes datent de 1971. Il y avait 4,7 mg/l de nitrate en moyenne sur les centaines de mesures réalisées. 1971, c’est aussi l’année où les habitants de Saint-Michel-en-Grève (22) se plaignent auprès de leur maire de l’impact des marées vertes.

Peut-on revenir à des teneurs faibles, par exemple en limitant les apports agricoles en nitrates ?

Je n’ai pas de compétence agronomique mais mon collègue de l’Inra-Agrocampus Ouest, Patrick Durand, a simulé différents scénarios agricoles sur les bassins versants « algues vertes ». C’est clair que redescendre à 10 mg/l, c’est très exigeant, mais on ne peut pas dire que 20 mg/l (NDLR : objectif 2027) ce sera suffisant. Après, c’est un choix de société. Je suis océanographe, je donne des valeurs, un peu comme le spécialiste du diabète qui indique à partir de quel niveau de glycémie on passe dans un état malade.

De votre point de vue scientifique, le premier plan Algues vertes (2010-2015, 100 M€) a-t-il eu des effets significatifs ?

Il a sûrement fait progresser les choses. Mais j’étais dans le comité scientifique qui a examiné les huit baies et donné des avis publics. Nous étions une vingtaine, de différentes disciplines. Nous avons tous regretté que l’on n’ait pas saisi l’occasion de faire des scénarios prospectifs alternatifs sur quelques baies. Ils auraient permis d’aller plus loin dans les mesures agro-environnementales, dans l’évaluation des conséquences économiques pour les agriculteurs. Aucune étude ne montre clairement les effets du plan Algues vertes sur une baisse plus forte des nitrates dans les huit baies qu’ailleurs en Bretagne. La teneur en nitrates a baissé presque partout, probablement plus pour des raisons économiques de diminutions de cheptels et d’achat d’engrais chimiques. Mais on atteint une espèce de plateau.

Pour le second plan (2017-2021, 55 M€), une étude prospective a-t-elle été réalisée ?

J’ai été déçu, bien que je fasse toujours partie d’un noyau dur de scientifiques référents pour améliorer la qualité de l’eau en Bretagne, que le plan Algues vertes 2 n’ait pas fait appel à un comité scientifique. Nous n’avons pas été consultés, il n’y a eu aucune interaction officielle avec l’administration et les parties prenantes.

Quelle est la part du phosphate dans ces marées vertes ?

Entre les années 1970 et 1990, de gros efforts ont été faits pour diminuer les effets du phosphate en eau douce, pour prévenir les planctons verdâtres, les cyanobactéries dont plusieurs espèces sont dangereuses pour les animaux et l’homme. C’est pour cela qu’on a interdit le phosphate dans les lessives et introduit des processus de déphosphatation dans les stations d’épuration. De fait, le phosphate a chuté de 60 % dans nos lacs et fleuves depuis les années 1990. Les macroalgues, elles, ne peuvent pas se nourrir en azote à partir de l’atmosphère. Donc, l’apparition de gigantesques marées vertes est bien liée au nitrate venant du continent. En Chine, c’est exactement la même chose : à Qingdao, ils ont un million de tonnes d’algues vertes. À Venise, c’était 500.000 tonnes. Si on ne ramassait pas on aurait environ 100.000 tonnes en Bretagne.

Pratique
Alain Menesguen (Ifremer) et Yves Le Gal (Collège de France), samedi, à 10 h, à l’Espace associatif quimpérois.
Entrée libre.

Voir en ligne : http://www.letelegramme.fr/finister...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Agenda
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0