Qui sommes-nous? Cap-Sizun Douarnenez Pont-l'Abbé Quimper Briec Chateaulin Crozon Fouesnant Concarneau Quimperlé Ailleurs... Contact
Cornouaille Écologie
Parc solaire de Goulien. Le projet bute sur les paradoxes de l’État
Le Télégramme 20 juin 2019
mis en ligne le 21/06/19 par Reunig Kozh

Ajoutés aux 6 MW des huit éoliennes déjà installées, les 11 à 20 MW du parc solaire en projet à Goulien devraient suffire à l’indépendance énergétique au Cap-Sizun. Mais, bien que la transition énergétique semble cette fois avoir intégré la doctrine gouvernementale, le projet pourrait être bloqué en préfecture. À défaut de perdre leur sang-froid, les acteurs locaux pourraient bien commencer à y perdre leur breton…

« Il faudra bien que l’État se mette en cohérence avec ce qu’il déclare… » Plutôt que de la colère, Henri Goardon semble habité par la force sereine du raisonnement simple et implacable. Avec le maire, tous les élus de Goulien défendent le projet de parc solaire porté par la société Quadran (*), pour lequel ils ont adopté une motion de soutien, en conseil municipal, mercredi soir : 39 ha dans le secteur de Lannourec en partie sur l’actuel périmètre de captage (donc déjà à l’abri d’activité humaine) et à proximité d’un autre parc accueillant huit éoliennes opérationnelles. Le parc solaire « accueillerait des rangées de panneaux fixes ou mobiles, pour une puissance de production de 11 à 20 MW. Soit l’équivalent de la consommation électrique de 14 000 à 26 000 habitants ». L’investissement serait de l’ordre de « 900 000 euros à 1M€ le kilowatt », selon Baptiste Simon, représentant de la société Quadran pour le Grand Ouest. Bref, pas tout à fait un jouet.

Label et la bête

Par la voix de la préfecture, l’État a déjà fait connaître sa position qui consisterait, dans l’état actuel du projet, à ne pas donner son accord pour le permis de construire au motif de la loi Littoral. Une loi pour partie renforcée par les contraintes du label Grand Site de France. « Lors de son renouvellement, il y a quelques années, Goulien avait refusé que la partie non littorale de la commune soit intégrée dans le périmètre du Grand site de France, rappelle Henri Goaron. D’abord, parce que nous sommes lucides sur le degré d’intérêt de nos paysages non-côtiers. Ensuite, parce que nous savions que des projets tels que ceux que nous portons ou avons porté seraient difficilement en conformité. On nous avait dit à l’époque que ça passerait, même si nous n’y avons jamais vraiment cru… »
Or, les objectifs nationaux, accentués depuis les élections européennes, dictent une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Pour les porteurs de projet, l’implantation d’un tel équipement se justifie encore par sa « cohérence avec la politique de la commune qui possède déjà un parc éolien ».

On espère juste que le bon sens revienne

« Le seul pouvoir que nous avons, c’est celui de la parole »

Sans se départir ni de son calme ni de sa détermination, le maire de Goulien illustre tout le paradoxe de l’État en une anecdote. « En janvier, peu de temps après que la préfecture nous a informés de sa position, elle nous a mis en alerte face à une situation conjoncturelle de risque de coupure de courant ».
À Goulien, entre Plogoff et Flamanville, les acteurs du projet entrevoient un rayon de soleil dans l’interprétation des textes. Notamment, à propos de la notion de site urbanisé. Condition a priori nécessaire pour développer un parc solaire. « Or il est possible de considérer le parc éolien dans le prolongement duquel nous prévoyons le parc solaire comme un site urbanisé », pose l’édile en s’en remettant à la lumière des futurs débats d’experts juridiques. « On espère juste que le bon sens revienne. Le seul pouvoir que nous avons, c’est celui de la parole ».

Premiers watts en 2022 dans le meilleur des scénarios

Le calendrier présenté par la société Quadran prévoit la signature des promesses de bail par le SDE et la poursuite des études environnementales par la société Althis jusqu’à la fin août 2019. La réalisation des travaux et la mise en service en 2022. Ce scénario est notamment soumis à l’obtention d’un permis de construire à laquelle le préfet est actuellement défavorable.

* La société Quadran, est une filiale du groupe Total. Dans sa présentation, elle se réfère aux prévisions de la Programmation pluriannuelle de l’énergie qui prévoit pour 2030 que 32 % de l’énergie consommée et 40 % de l’énergie produite soit renouvelable.

Voir en ligne : https://www.letelegramme.fr/finiste...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Agenda
SPIP | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0