Qui sommes-nous? Cap-Sizun Douarnenez Pont-l'Abbé Quimper Briec Chateaulin Crozon Fouesnant Concarneau Quimperlé Ailleurs... Contact
Cornouaille Écologie
Bac pro. Les lycéens ont des projets en milieux naturels
Le Télégramme 28 sept 2019
mis en ligne le 28/09/19 par Reunig Kozh

Au lycée de Kerbernez à Plomelin, la préparation au bac pro Gestion des milieux naturels et faunes rencontre un vrai succès. Au-delà d’une sensibilité à l’environnement dans l’air du temps, les candidats ne choisissent plus cette filière pro par défaut : ils ont généralement investi un vrai projet.

« On est en train d’installer des lames courbées. Vous voyez, cette forme, là… Eh ben, elle permet de couper mais aussi de broyer. Des ronces, par exemple ? C’est très efficace ». Dans l’ombre déjà automnale d’une vétuste dépendance, deux des douze élèves de terminale professionnelle Gestion des milieux naturels et de la faune (GMNF) du lycée agricole de Kerbernez, à Plomelin, s’affairent autour de plusieurs débroussailleuses thermiques.

En compagnie de quelques autres camarades et avec soin, ils préparent une sortie sur le terrain. En forme d’exercice pratique, cette très prochaine opération de nettoyage de rivière est programmée en soutien à l’association Aardeur (Association des riverains défenseurs des rivières du Pays bigouden), entre Plogastel et Saint-Germain.

Du pain béni pour Pascale Kerveillant, 53 ans, l’un des enseignants de l’établissement privé porté par la Fondation Massé-Trévidy : « Dans la trajectoire de cette formation technique, ce genre de mise en situation est très intéressant ». Manipulation correcte des machines, lectures du site, organisation du chantier… Ces premiers pas sur le terrain permettent à chacun des lycéens d’éprouver les compétences acquises, au fil des mois, dans un environnement bienveillant. Ils conduisent aussi l’enseignant à valider une relation de confiance dans le travail. Fondamentale, notamment du fait de l’utilisation de machines potentiellement très dangereuses.

Une volonté d’agir

Les douze lycéens en GMNF partagent un certain nombre de cours avec douze autres de la filière Aménagement paysager. Mais même si l’effectif de la promo reste serré, il semble y avoir un réel engouement pour ce type d’enseignement. Il se mesure aux types de projets habités par presque tous les candidats à ce bac pro GMF.

« J’ai intégré cette formation après avoir déjà travaillé », témoigne Mia, âgé de 22 ans, et montrant évidemment une autre maturité de réflexion : « J’envisage d’ouvrir une ferme pédagogique que je souhaiterais compléter par une petite activité de vente de produits du terroir ». Face à elle, devant l’atelier, la seconde demoiselle de la promo, 16 ans, a aussi une idée en tête. Ninon voudrait travailler dans un parc naturel. Le Parc naturel marin d’Iroise pour être tout à fait précise.

« La sensibilité environnementale de ces jeunes me semble aujourd’hui plus forte », commente Pascal Kerveillant, enseignant depuis une trentaine d’années à Kerbernez. « Ils sont dans une logique d’action protectrice. Parfois à l’extrême : il faudrait ne rien toucher au paysage ! C’est là qu’interviennent l’apprentissage de la gestion et la nécessaire connaissance des milieux ». L’enseignant ajoute : « La très grande majorité arrive avec un projet pro ou le développe au fil du cursus ».

Penser la gestion de la nature, un bien commun

La filière, seule du genre dans le département, forme des techniciens qui sont appelés à encadrer des équipes d’intervention dans les espaces naturels. Les champs d’employabilité sont multiples dans un secteur professionnel ou de nouveaux métiers apparaissent. « Ceux auxquels cette formation peut donner accès sont très diversifiés », observe Pascal Kerveillant. « Des très physiques et d’autres plutôt basés sur un travail de réflexion. Comme l’élaboration et la surveillance d’inventaires… »

Or, si l’on examine le marché de l’emploi, dans la région, ces métiers ne sont pas en tension. L’engagement dans la filière projet en tête tiendrait plus d’un positionnement personnel quant à la gestion du bien commun qu’est la nature. Où l’on découvre que, à côté des chaînes de tronçonneuse, la conscience politique est déjà affûtée : être en capacité d’agir individuellement pour une action collective sur l’environnement.

Le contenu du Bac Pro « gestion des milieux naturels et de la faune »

Les lycéens sont issus d’une première partie de cycle secondaire classique. Sans entrer dans le détail du nombre d’heures par discipline, disons que les contenus pédagogiques de ce bac pro sont, pour moitié, constitués de cours pratiques dispensés tout au long de l’année dans les modules suivants : contexte socioprofessionnel ; organisation de chantier ; travail de terrain en milieu naturel ; suivi de la faune et de la flore ; animation nature. L’autre moitié de l’emploi du temps est réservée à des cours d’enseignement général : français, math, physique, biologie, anglais, histoire-géo, enseignement socioculturel et sport. Le cursus (seconde, première terminale) est ponctué d’environ 25 semaines de stages en entreprise. Ce bac peut être complété par deux années de BTS. Lequel brevet de technicien supérieur n’est pas proposé à Kerbernez.

Voir en ligne : https://www.letelegramme.fr/finiste...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Agenda
SPIP | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0